La blog de Bertrand Dussauge

Bethy Lagardère rendra un jour ce que le destin lui a donné

Ajouté le Déc42008
Ecrire un commentaire
Bethy Lagardère

Bethy Lagardère

Voilà cinq ans que Jean-Luc Lagardère disparaissait à cause d’une maladie nosocomiale. Son épouse brésilienne, Bethy, ancienne mannequin de haute couture n’a cessé de conserver son sens du devoir comme une tête couronnée.

Quand j’ai connu Bethy célibataire, je l’imaginais sur les plus grands chars des écoles de samba et elle aurait brillé le temps éphémère du carnaval. Mais son destin était autre. Je crois fermement qu’une seule rencontre peut permettre de révéler le talent et l’intelligence de chacun d’entre nous. Jean-Luc était son rendez-vous avec l’Histoire.

J’ai eu la chance de rencontrer Bethy, lorsque je terminais mes études dans les années 70. Grâce à sa personnalité, exigeante, généreuse et exotique, j’ai été très attiré par son pays d’origine. Elle m’a appris mes premiers mots de portugais avant que je ne parte en coopération VSNA au consulat de France de Rio de Janeiro, en avril 1984. Bethy rayonnait déjà en public avant de porter son nouveau patronyme. On me regardait avec un air de: « qu’est-ce qu’il a de si particulier pour accompagner une femme avec « autant de chien « qui pouvait lui manger sur la tête? » Je me le demande encore. Ses bijoux étaient aussi voyants, mais sertis de fausses pierres pour la plupart. Elle fumait déjà beaucoup mais ce n’était interdit nul part.

Aujourd’hui quand je la regarde, elle semble appartenir au monde « people » avec un look si singulier,  la couleur du deuil, que l’on peut la reconnaitre instantanément comme Karl Lagerfeld ou Serge Gainsbourg. Mais ce n’est pas une artiste.  Elle sait cuisiner les meilleurs plats de certains pays dont la feijoada mais il vaut mieux vérifier la cuisson à sa place pour ne pas voir les haricots noirs tapisser les murs de la cuisine.

Comme tout le monde, Bethy a connu des gros chagrins comme ne jamais avoir d’enfant et perdre son mentor. Alors Bethy essaye d’adopter et de protéger des enfants ou des peuples comme une marraine qui veut transmettre son amour, son sens du devoir et de la fierté.

D’ambassadrice improvisée du Brésil, Bethy est devenue ambassadrice auto-proclamée de la France dans les pays où elle s’installe quelques semaines. Son interview à la revue « Poder » (pouvoir) au Brésil traduit ses motivations actuelles pour que son pays devienne fier de lui-même, responsable et cesse de systématiquement trouver que les meilleurs modèles sont les pays européens ou les Etats-Unis. Je pense que cette nouvelle rencontre avec le pays où Bethy est née dans l’état du Minas Gerais (qui a donné les plus grands intellectuels brésiliens) va réellement permettre au continent du football et de la Bossa Nova de briller avec ses avions Embraer ou ses centrales nucléaires. Je pourrais continuer encore longtemps à parler de cette femme hors du commun, sans doute pour qu’elle retrouve la joie de vivre et des belles émotions fortes, comme celles qu’elle m’a offertes il y a plus de vingt ans. Ces émotions reviendront quand un peuple lui rendra un hommage officiel pour avoir rendu un peu de ce que Bethy a reçu de son destin. Mais je lui laisse le mot de la fin : » ...les vrais amis sont ceux rencontrés durant l’enfance, ceux que l’on ne choisit pas et qui ne peuvent être intéressés. »

Article écrit le jeudi 04 décembre 2008 | Tags : , , , ,  | Publié dans opinion, Outremer  | Suivre les commentaires par RSS 2.0  | Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

  • S'abonner au site

    Abonnez-vous au flux rss
    Recevoir les derniers articles sur mon e-mail :
  • Catégories

  • Nuage de mots-clefs

  • Suivre le blog

  • Viadeo

    Partagez votre opinion sur une sujet de votre choix :
  • Pages

  • Real Time Web Analytics