La blog de Bertrand Dussauge

Christian Streiff serait populaire dans les réseaux sociaux

Ajouté le Sep292009
Ecrire un commentaire

0909streiffChristian Streiff ne serait pas le premier diplômé du corps des mines a investir l’économie numérique, car son être est sans doute plus riche que son curriculum vitae. Il ne doit même pas être franc-maçon, car les initiés cités dans Challenge la semaine dernière n’auraient rien proposé à notre fougueux patron. Alors, il profite de sa famille avec qui il vient de fêter en septembre son 55ème anniversaire. Christian Streiff a retrouvé la forme, exténué par ses deux accidents cérébraux et son départ de PSA au printemps dernier, en pleine crise de l’automobile. L’ancien patron de PSA avait dû annoncer plus de 11000 départs volontaires en février malgré les trois milliards prêtés par l’Etat.

Selon le JDnet, M. Streiff pratique le sabre avec lequel on ne coupe plus les têtes. Parmi les trois armes de l’escrime, le sabre doit respecter des conventions et une éthique qui donnent du panache à cette activité.

Je suppose que l’ex-président du directoire de PSA consacre du temps à consulter son réseau pour entreprendre une nouvelle aventure. Gérard Mestrallet (GDF Suez), Daniel Bernard (ex-Carrefour), Robert Pistre (Areva) et plusieurs chasseurs de têtes auraient livré des conseils au patron, limogé tout de même trois fois en quatre ans. Après Jean-Louis Beffa chez Saint-Gobain qui ne veut plus de lui comme successeur, la famille Peugeot le remercie sans discussion.

Pour l’heure, il doit se dire que la chance ne l’a pas quitté car ses choix sont nombreux pour tracer une nouvelle destinée, ce qui n’était pas gagné après son accident vasculaire. Comme tout entrepreneur jeune et expérimenté dans cette situation, il va chercher au fond de lui même en marchant ou en écrivant. Car je pense que Christian Streiff n’est pas uniquement attiré par le pouvoir et l’argent comme me l’a confié un de ses anciens collaborateurs chez Saint Gobain. Il est d’ailleurs sensible à l’art théâtral qu’il partage avec un autre ancien patron du monde automobile, Louis Schweitzer. Bon connaisseur du répertoire allemand, il a monté ou joué plusieurs pièces de Brecht. Je parlais d’écriture car il s’est laissé aller à rédiger une fiction, «Kriegspiel» (Jeu de guerre), thriller inspiré d’une histoire vraie qui a pour toile de fond l’effondrement industriel de l’Allemagne de l’Est.

Bref, Christian Streiff possède selon moi le profil idéal pour créer son identité numérique sur Internet et partager ses convictions, ses émotions avec des millions d’internautes qui lui sauraient beaucoup plus reconnaissants que ses anciens employeurs. Et quand, des centaines de milliers de personnes lisent vos messages régulièrement, vous possédez un pouvoir certain dans l’économie numérique qui ne souffre pas de la crise.

Christian Streiff laisse à Philippe Varin, son successeur, l’immense défi de lier une alliance avec Mitsubishi selon «La Tribune» ou éventuellement avec BMW, car la famille Peugeot a compris que son indépendance devenait dangereuse pour la pérennité du groupe. D’autres partenariats auraient des conséquences sociales négatives.

Article écrit le mardi 29 septembre 2009 | Tags : , , , , , , , ,  | Publié dans Analytics, Politique business  | Suivre les commentaires par RSS 2.0  | Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

  • S'abonner au site

    Abonnez-vous au flux rss
    Recevoir les derniers articles sur mon e-mail :
  • Catégories

  • Nuage de mots-clefs

  • Suivre le blog

  • Viadeo

    Partagez votre opinion sur une sujet de votre choix :
  • Pages

  • Real Time Web Analytics