La blog de Bertrand Dussauge

Laurent Gérard, imberbe, est au poil dans ses caricatures

Ajouté le Août312011
Ecrire un commentaire

Lors d’une soirée orageuse de juillet, je suis allé découvrir l’acteur Laurent Gérard dans son premier one man show : » Laurent comme le prénom ». Dans ce théatre intimiste de la comédie des boulevards au 32 rue du sentier à Paris, l’accueil est tout d’abord trop sympa dans une ambiance de bar parisien où la séance est programmée à 21h30. Ce benjamin d’une famille bourgeoise qui aurait dû suivre ses ainés dans les fauteuils en cuir d’une institution bancaire a très vite fait le choix des saltimbanques en suivant le cours Florent puis les rôles discrets, mais assurés, de pièces et de films plus ou moins connus. Il apparait évident à la fin du spectacle que Laurent a acquis des règles de gestion et de marketing dans son écosystème.

Son affiche, son costume, ses accessoires, ses textes; tout est bien étudié pour créer rapidement sa notoriété et annoncer un second spectacle après les présidentielles. Quelle bonne idée de choisir son vrai patronyme afin de créer le doute dans l’esprit des spectateurs à la recherche d’une bonne rigolade pour oublier leur télévision et la guerre en Libye. Et oui tout le monde pense aux fameux imitateur, Laurent Gerra! Mais M. Gérard donne le change, car les premiers surpris sourient vite à son humour bien trempé dans le fiel de la capitale. Son corps d’adolescent élevé dans un collège anglais ne dégage aucune identité sexuelle. Laurent nous confie qu’il est simplement sexuel!

J’étais assis au second rang, à droite de la salle qui peut recevoir une centaine d’âmes sur ses bancs. La placeuse m’avait conseillé cette position avec un clin d’œil dont elle était seule à connaitre le secret. Évidemment au quatrième tableau, Laurent m’interpelle avec un « La touffe » qui me fait oublier la douleur de mon postérieur ankylosé par la raideur du siège (dans l’ADN des théâtres parisiens).

Le clou du spectacle reste bien entendu l’excellente parodie du verbe xénophobe de sa mère, qui dépasse pourtant le non moins sublime visage travesti par un rictus congénital. A la fermeture du rideau, je garde encore l’énergie de son charisme dans le corps, mêlé d’une empathie, digne des meilleurs improvisateurs. Je vous laisse découvrir la bande annonce qui n’est pas molle non plus. Revenez me dire ce que vous en pensez…et n’hésitez pas à l’interpeller durant le spectacle, il vous surprendra!

Article écrit le mercredi 31 août 2011 | Tags :  | Publié dans Arts, Vidéos  | Suivre les commentaires par RSS 2.0  | Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

  • S'abonner au site

    Abonnez-vous au flux rss
    Recevoir les derniers articles sur mon e-mail :
  • Catégories

  • Nuage de mots-clefs

  • Suivre le blog

  • Viadeo

    Partagez votre opinion sur une sujet de votre choix :
  • Pages

  • Real Time Web Analytics